Gaspillage alimentaire : comment agir concrètement dans le secteur de la distribution (avec l’intelligence artificielle) ?

Protection de la biodiversité

Lors de son intervention lundi 6 mai sur le perron de l’Elysée, Emmanuel Macron a annoncé des mesures pour la biodiversité et pour la cause écologique après le rapport de l’ONU : aires protégées, plastique, gaspillage.

“Le président a enfin insisté sur la lutte contre le gaspillage alimentaire, au niveau notamment des écoles, des restaurateurs et des distributeurs, sans annoncer de mesures précises.”

Le gaspillage alimentaire est le fait de jeter des aliments encore comestibles. Le gaspillage alimentaire se produit tout au long de la chaîne d’approvisionnement, depuis le stade de la production agricole, jusqu’à celui de la consommation, en passant par le stockage, la transformation, la distribution et la gestion, source Wikipedia.

Chaque année en France, près  de 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont gaspillées, selon l’Ademe, soit l’équivalent de 150 kg par habitant, pour un coût que l’Ademe estime entre 12 et 20 milliards d’euros par an. La grande distribution à elle seule génère 14% du gaspillage alimentaire, selon Les Echos.

Une étude publiée dans Le Monde détaille les chiffres du gaspillage alimentaire et les mesures prises en France.

Et si l’on commençait par mieux prévoir pour moins gaspiller : avec l’intelligence artificielle

La prévision de la demande des consommateurs permet d’agir tout au long de la chaîne d’approvisionnement afin d’ajuster les stocks aux demandes prévisionnelles.

Les technologies d’intelligence artificielle améliorent très significativement les taux de précision de la prévision de la demande par rapport aux modèles statistiques linéaires les plus répandus.

Dans un magasin de 1 000 m², une amélioration de 7 points du taux de précision de permet d’éviter plus de 10 tonnes de gaspillage alimentaire par mois.

Pour une enseigne disposant de 500 magasins en France s’inscrivant dans une telle démarche d’amélioration, le résultat est spectaculaire : 60 000 tonnes de gaspillage évitées par an. Ce chiffre est loin d’être négligeable si on le compare à 1,4 millions de tonnes de gaspillage dans le secteur de la distribution. Il « suffirait » de généraliser ce type de démarche de transformation et de digitalisation.

Le retour sur investissement est garanti avec une économie d’environ 100 millions d’euros en considérant la totalité du gaspillage : valeur marchande des produits, à laquelle s’ajoutent les frais de personnels, d’énergie, de collecte et de traitement des déchets.

Un autre bienfait de ce type démarche est la meilleure fraîcheur des aliments disposés dans les rayons en adéquation avec les dates prévisionnelles de consommation.

Pour recevoir notre retour d’expérience sur la prévision des ventes promotionnelles / permanentes dans le secteur de la distribution grâce à l’intelligence artificielle, nous vous invitons à nous contacter.