Un groupement d’experts internationaux pour la biodiversité

Très bonne nouvelle pour les pandas, les ours blancs, les batraciens… et nous bien sûr ! Du 10 au 12 novembre, l’Organisation des Nations Unis va tenter de lancer un « GIEC » de la biodiversité à Putrajaya, nouvelle capitale administrative de la Malaisie.

Pourquoi c’est formidable? Parce que le GIEC est une entreprise unique, éminemment responsable et qui a su accomplir de grandes choses. Le GIEC ou Groupe d’Experts Intergouvernnemental sur l’Evolution du Climat c’est la réunion volontaire des plus grands experts des mécanismes du climat du monde, pour travailler ensemble et « expertiser l’information scientifique, technique et socio-économique qui concerne le risque de changement climatique provoqué par l’homme ».

Enfin, les experts ont pu établir un consensus sur certaines réalités du changement climatique et parler d’une seule voix, faisant taire fausses croyances et rumeurs entretenues par certains lobbyistes. Cela paraît simple et pourtant une telle collaboration spontanée n’a jamais été observée dans un autre domaine et a bien mérité le prix Nobel de la paix en 2007.

Cette idée du PIBES ou Plateforme intergouvernemantale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES en anglais) est apparue en janvier 2005 à l’occcasion d’une conférence internationale à l’initiative du président Jacques Chirac. Cette plateforme permettrait grâce à la collaboration des plus grands experts internationaux d’établir un état des lieux le plus complet possible de la biodiversité de notre planète et de faire des projections irréfutables. Pour le climat, ce fût l’étape nécessaire pour la prise d’engagements politiques. Espérons qu’il en ira de même pour la biodiversité dont la sauvegarde est urgente et …

qu’il ne sera pas trop tard!

Le PIBES dernière chance de la biodiversité! Car oui les enfants, l’apprentissage du Kung Fu par les espèces en danger pour se défendre (des activités irraisonnées des hommes) c’est sympa mais pas réel!