Les dessous du Plan Climat Energie Territorial – 2

Dans mon dernier blog post, je vous expliquais qu’un Plan Climat Energie Territorial (PCET) se décline en 4 étapes : préfiguration, dégagement de pistes d’actions, construction du plan d’action et mise en œuvre de ce dernier, sachant que toute la démarche prend entre 18 mois et 3 ans selon la taille de votre collectivité.

Penchons nous sur le détail de ces étapes, et en premier lieu : la préfiguration.

La préfiguration est une phase préliminaire. Sans être obligatoire, elle semble essentielle pour la réussite de la suite des opérations car c’est à ce moment là que l’on décide de l’ampleur à donner au projet et des objectifs à fixer. C’est également au cours de cette phase que les acteurs vont pouvoir s’approprier les enjeux et s’unir autour du projet.

La partie apprentissage et appropriation de cette phase constitue une enjeu majeur : il est capital que tous les acteurs comprennent le processus. Pour se faire, la collectivité peut s’appuyer sur les compétences à la fois des organismes publics type ADEME et d’un bureau d’études en environnement de leur choix. Il est également vivement conseillé de communiquer afin d’impliquer la population dans la démarche. Il faut qu’une véritable volonté commune soutienne le projet.

Au cours de cette étape, la collectivité peut également réaliser un pré diagnostic climat-énergie afin de se faire une première idée des points sur lesquels agir en priorité.

Concrètement, la préfiguration permet de fédérer les acteurs et d’organiser le projet. Les enjeux du projets sont connus et maitrisés, les référents du projet et l’équipe-projet sont désignés, un calendrier est fixé, un budget est défini, le bilan des précédentes démarches type Agenda 21 est tiré. La préfiguration s’achève par une réunion de lancement du PCET. Compter 3 à 6 mois.

La 2ème étape d’un Plan Climat Energie Territorial est le dégagement de pistes d’action.

Maintenant que le projet est lancé, il faut dégager des pistes pour agir. Le gros morceau de cette étape et sans conteste l’élaboration du Profil Climat du Territoire. Un profil climat se décompose en 2 partie : la réalisation d’un bilan de gaz à effet de serre et l’évaluation de la vulnérabilité du territoire au changement climatique. Pour reprendre la définition de l’ADEME, il faut : « quantifier ses émissions, analyser les impacts déjà constatés du changement climatique, puis identifier ses vulnérabilités futures« .

Une fois que la collectivité a réalisé un bilan général de la situation sur son territoire en comptabilisant ses émissions de gaz à effet de serre et en constatant les impacts du changements climatiques, elle peut alors avoir une bonne vision d’ensemble des points sur lesquels elle peut agir. Ce bilan général permet de dégager un large nombre de pistes d’action pour la collectivité. Pour résumer, on distingue 3 types d’action :
– les actions immédiates à mener à court terme et présentant un potentiel de réduction significative des émissions de gaz à effet de serre sans nécessiter d’investissements particuliers
– les actions prioritaires à mener à court terme et présentant un fort potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre sans engager de modification notoire de l’activité
– les actions stratégiques à mener sur le moyen et long terme et présentant un potentiel important de réduction des émissions et de diminution de la vulnérabilité du territoire au changement climatique mais nécessitant une modification notoire de l’activité. Dans cette catégorie nous trouverons les actions qui requièrent la prise de décisions politiques qui influenceront l’avenir de la collectivité (politique de déchet ou de transport par exemple)

Cette étape exige rigueur, créativité et communication afin d’aboutir à un projet co-construit entre les différentes parties prenantes. Compter entre 6 et 12 mois.

Vient ensuite l’étape de construction du Plan Climat.

Il s’agit ici d’analyser et de discuter toutes les actions proposées. L’équipe projet mettra en place des ateliers techniques et thématiques. Toutes les actions sont étudiées en fonction de leur faisabilité et du coût estimé de leur mise en place. Elles sont également hiérarchisées. Il est important de s’assurer de la synergie entre les responsables politiques, les partenaires économiques et institutionnels, l’équipe projet, la population, … afin d’aboutir à un set d’actions cohérent et approuvé par tous.

Cette phase peut durer jusqu’à 1 an. L’objectif est de parvenir au terme de l’année à un set d’actions immédiates, prioritaires et stratégiques qui font consensus au sein de la communauté. Le Plan Climat Territorial est alors adopté.

Finalement, il ne vous reste plus qu’à mettre en place le Plan Climat Territorial ! Vaste programme au cours duquel il vous faudra faire preuve de cohérence, de patience et d’audace !

Bien sûr Verteego est prêt à vous aider tout au long de ces étapes. Si vous voulez plus de renseignements (car ceci n’est qu’un mince résumé non exhaustif d’une démarche très complexe), n’hésitez pas à contacter nos experts 😉