Patrick Montier, le fondateur d’ecocompare, nous dit tout

Patrick Montier, le très dynamique fondateur d’ecocompare, est passé sur le grill des interviews du Verteeblog. Ecocompare, c’est THE endroit sur le web où les marques et les consommateurs se rencontrent. Je vous laisse découvrir le personnage et son troisième bébé, ecocompare.

Qui es-tu Patrick Montier ?

Un ingénieur informatique de 44 ans, marié avec 2 enfants, habitant dans la Drôme.

Quel est ton parcours avant d’en arriver là ?

J’ai tout d’abord passé un BTS informatique de gestion puis repris les cours du soir au CNAM pendant mon service militaire pour devenir ensuite ingénieur. J’ai alterné des jobs dans des SSII et banques en tant que programmeur avant de me lancer dans une première startup qui commercialisait une offre de commerce électronique nommée Cyberbag. Faute de clients (les achats sur Internet étaient encore rare en 2000), je suis ensuite parti en tant que chef de projet freelance puis j’ai monté ma société Idnext en 2006, qui porte le projet Ecocompare.

Quelles sont les activités d’ecocompare ? Quelles sont les principales offres d’ecocompare ?

Ecocompare permet à la fois de noter et mettre en avant les produits pour lesquels les marques ont réalisées de réels efforts sur le plan environnemental, social, éthique ou sanitaire mais aussi de fédérer une communauté de consommateurs actifs qui aident ces marques à se faire connaître et à s’améliorer. C’est un peu le meetic de la consommation responsable !

A qui t’adresses-tu en particulier ? Quels sont les clients d’ecocompare ?

Coté marques, toutes celles qui sont engagées pour limiter leur impact environnemental, ont une démarche équitable, ou encore favorise des produits durables, réparables et plus respectueux de l’homme.

Coté consommateur, tout ceux et celles qui souhaitent participer à une démarche collaborative innovante. Démontrer qu’ensemble nous avons les moyens de faire changer les choses, en obtenant plus de transparence de la part des fabricants et en soutenant les entreprises plus vertueuses.

Pourquoi devrais-je, en tant que consommateur, consulter ecocompare ?

Pour y trouver des informations complètes, fiables et indépendantes concernant tout la chaîne produit : lieu de fabrication, type de transport, programme équitable, absence de substances dangereuses pour l’humain et l’environnement, éco-conception de l’emballage, … bref plus d’une centaine de critères que nous notons de façon rigoureuse et transparente, avec un système de collecte des attestations et preuves. Les consommateurs peuvent aussi participer à un programme collectif via son smartphone et gagner des cadeaux.

Qu’est-ce qui te pousses au quotidien dans cette aventure ?

Je suis passionné depuis des années par les problématiques liées à notre mode de consommation : gaspillage, pollution, épuisement des ressources naturelles, déchets, … J’ai pris conscience assez rapidement que la terre ne pourrait pas soutenir une croissance démographique forte avec notre mode de consommation occidental, d’où ma volonté d’agir pour informer et soutenir les démarches plus vertueuses.

Quelle est l’histoire d’ecocompare ? Comment est né le projet ?

En priorité ma frustration en tant que consommateur de voir que les produits les plus responsables sont les moins connus et donc les moins achetés. Il y à certes un problème de coût mais aussi un problème de visibilité et confiance vis-à-vis de ces produits et labels, pourquoi payer plus cher ? pour quel gain ? et qui me prouve que ce ne sont pas des allégations commerciales ?

En 2007, j’avais avec deux amis, lancé le Guide du Romanais Responsable (GRR) qui a reçu un très bon accueil auprès du public, d’où en tant qu’informaticien l’idée de d’essayer d’informer plus de monde via un site internet, en 2009 le site ecocompare.com était né !

Comment se différencie ecocompare de ses concurrents ?

Il existe en effet plusieurs sites ou applications qui permet de noter les produits sur plusieurs axes. Ce qui nous différencie c’est qu’on travaille avec les marques qui souhaitent rejoindre notre démarche de transparence et d’amélioration continue. Notre méthodologie est positive, et met en avant ce qui fonctionne, tant pis si tout n’est pas parfait mais le but est de s’améliorer continuellement et je pense que le consommateur est prêt à entendre cela et même de participer pour donner son avis !

Qui sont les partenaires d’ecocompare ?

Notre principal partenaire est Verteego bien sûr ! Ce sont les experts de Bossa Verde  (maintenant Verteego) qui ont réalisés et maintiennent actuellement notre méthodologie de notation. Sinon nous avons d’autres partenaires avec qui nous partageons les mêmes valeurs : le mouvement Colibris, le journal Neoplanète, les nains de jardin pour la planète mais aussi le réseau entrepreneurs d’avenir.

Ton meilleur souvenir en tant qu’entrepreneur et fondateur ?

Avoir reçu de la main de Joel de Rosnay le prix Européen des nouvelles technologies en 1999 pour le développement de notre solution Cyberbag.

Que penses-tu de l’expérimentation de l’affichage environnemental lancée en 2011 et n’ayant toujours pas été généralisée auprès des marques ?

C’était une très belle initiative, unique au monde du fait du nombre de participants et très ambitieuse, peut-être un peu trop d’ailleurs. A mon sens même si elle n’est pas généralisée, elle a permis à des marques de réfléchir au problème complexe de l’impact environnemental d’un produit tout au long de son cycle de vie. Je suis persuadé que l’affichage environnemental sur les produits sera devenu évident dans quelques années.

Pour toi, que représente la consommation responsable ?

Pour moi, acheter des produits responsables c’est acheter des produits porteurs de sens en accord avec ses propres valeurs qui peuvent être environnementales, sociales, éthiques, sanitaires ou toutes à la fois.

Je peux payer un produit plus cher à condition d’avoir la preuve que leur production, utilisation ou élimination ont eu un impact moindre sur l’environnement, ou qu’il est bénéfique pour la santé humaine ou qu’il a réellement respecté et rémunéré les salariés qui ont œuvré pour le fabriquer.

Un produit responsable est pour moi un produit durable dans le sens ou le respect de l’environnement et des personnes puisse permettre de le fabriquer pendant des années sans provoquer de déséquilibre.

A terme je souhaite que le terme consommation responsable disparaisse de notre quotidien car aucun produit ne devrait être irresponsable !

Qu’est-ce qui te plaît dans cette pratique ?

Consommer responsable c’est reprendre en main sa propre consommation, c’est un acte militant pour un monde plus juste et équilibré.

Quelles sont tes recommandations aux consommateurs non (encore) responsabilisés ?

S’informer le plus possible, savoir distinguer les vrais labels des faux et surtout se faire plaisir soit par la qualité du produit ou soit par le sentiment que son achat est utile.

Ton bon plan conso pour l’été ?

Clairement je vous invite à consulter le site http://www.pretersonjardin.com/ qui m’a permis de trouver un jardinier qui recherchait lui-même un terrain pour cultiver. N’ayant pas le temps de m’occuper d’un potager, j’ai pu rencontrer Pierre qui depuis cultive chez moi tomates, salades, haricots et dont on partage la récolte, au fur et à mesure. Que du bonheur !

Ton rêve le plus fou pour ecocompare ?

Que les consommateurs se mobilisent et passent du mode passif au mode actif en reprenant leur consommation en main ! je ne rappelerai jamais assez que les choix que nous faisons décident de la société que nous souhaitons…