Offrir des roses à votre fiancée n’a rien d’écologique…

22 millions de bouquets de roses sont vendus chaque année en France…Pourtant il faut savoir que la production de ces jolies fleurs nécessite une consommation énergétique considérable. Lorsqu’elles sont produites en Afrique ou en Amérique latine, leur acheminement jusqu’à chez nous représente un coût climatique important. En effet, 85% des fleurs importées voyagent par avion, et elles peuvent émettre jusqu’à 1580g de CO2 par tonne et par kilomètre. C’est un peu mieux pour le transport par camion réfrigéré: environ 800g de CO2 par tonne et par kilomètre. Mais concrètement, lorsque vous achetez un bouquet de 25 roses produites dans les pays du sud, c’est comme si vous parcouriez 20 kilomètres en voiture!

Et n’oublions pas l’impact social et sanitaire, car il faut aussi évoquer les conditions de travail des ouvrières horticoles au contact permanent des pesticides et autres substances toxiques. Si l’on s’en tient aux études statistiques du World Resource Institute, leur vie n’est pas si rose: nausées, fausses couches, mais aussi cancers et maladies pulmonaires. Rien que ça!

Serait-il alors plus responsable d’acheter des roses produites en Europe? Eh bien pas vraiment. Pour concurrencer les pays du sud, les pays européens font pousser leurs roses sous serre. Et on recourt souvent aux énergies fossiles, comme le gaz ou le pétrole, pour leur fournir leur dose quotidienne de lumière et de chaleur à nos précieuses roses. Résultat: une rose produite aux Pays-Bas émet deux fois plus de CO2 qu’une rose produite au Kenya.

Rassurant tout ça n’est-ce pas? Et quand on sait que les roses ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres, alors là…