Le Ministère de la Défense s’ouvre aux acteurs de la data science

Nous étions ce mardi 30 mai 2017 dans le cadre idyllique du Musée de l’Armée, aux Invalides, à Paris, pour participer au défi « Détection objets renseignement militaire », un hackathon organisé par le Ministère de la Défense et ouvert à tous les acteurs de l’écosystème de la data science ! autrement dit, pour ceux qui s’intéressent au Big Data et au Smart Data, les startups, les intégrateurs, les cabinets de conseil, les laboratoires de recherche, et tutti quanti.

Nous étions d’une part curieux de voir comment une institution aussi secrète, par construction, que le Ministère de la Défense parvenait à s’ouvrir à l’innovation collaborative ; d’autre part, nous étions foncièrement intéressés par la perspective de travailler avec l’Intelligence Campus de Creil sur des problématiques attenantes à la sécurité des citoyens — qui est malheureusement l’un des enjeux majeurs du monde d’aujourd’hui.

Pour tout vous dire, à ces deux questions, nous ne fûmes pas déçus ! bien au contraire. Nous avons constaté la sincérité de la démarche par l’imposante, tout en restant sympathique et bon enfant, mobilisation, tout le long de la journée, de personnels militaires qualifiés afin d’éclairer la compréhension des acteurs intéressés par le besoin à servir. A noter que lesdits militaires présents étaient particulièrement attentifs aux avis exprimés et à nos questions, tout comme curieux de connaître les activités des acteurs présents. Enfin, le déroulé a permis de balayer tous les aspects des attentes du Ministère vis-à-vis des concourants à ce défi :

Tout d’abord, une explication plénière des attendus fut déroulée, devant une salle pleine.

Les critères, notamment, étaient clairement explicités. Ainsi que les attentes pour la remise des candidatures, qui prendra la forme d’un pitch oral des équipes concourantes, et non pas d’un travail gracieux de proof-of-concept comme cela est parfois demandé dans d’autres challenges d’open innovation.

Ensuite, nous, les participants, nous répartîmes en plusieurs séries de petits groupes, constituant autant d’ateliers de compréhension du besoin au travers du balayage de diverses problématiques soulevées par la détection d’objets.

La prochaine étape pour les candidats, c’est donc le pitch le 17 juillet.