L’Europe et l’Environnement

Un petit post sérieux pour commencer !

Demain la France et Europe feront un.

A partir de demain matin, la France prendra la présidence de l’Union Européenne comme vous le savez surement. En l’occurrence notre Président, M. Sarkozy a décidé de donner quatre directions à cette présidence dont une qui nous concerne plus particulièrement : l’Environnement.

Au moment où le baril de brut bat encore des records, plus de 142 $ à l’heure où j’écris. Nous étions déjà paniqué lors du passage de la barre symbolique des 100 $ alors là … Que faire. Non seulement la maison brûle comme disait un autre Président, mais elle flambe !!

L’Europe avec la présidence allemande de l’Union Européenne l’année dernière a décidé de faire un grand bond en avant : s’engager à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20%, de consommer 20% d’énergies renouvelables et d’améliorer de 20% notre efficacité énergétique. Maintenant il faut savoir comment tenir ses engagements : nucléaire, biocarburants … les débats ne manquent pas aujourd’hui !

Deuxième point, la marché des quotas d’émission carbone. Il existe depuis 2005, mais les quotas sont répartis par les gouvernement dans un cadre national. La finalité des négociations est de construire un véritable marché européen des quotas d’émissions avec mise aux enchères, donation gratuite et règlementation commune au sein de l’Union. Les Etats de l’Union veulent aussi y ajouter des quotas d’émissions sur des gaz autres que le CO2. Mais là aussi les débats vont porter sur les modalités d’application de cette volonté, les pays de l’Est craignant des quotas trop contraignants pour leurs industries.

Autre chantier, la lutte contre les fuites de carbone, les délocalisations de la pollution. Comment éviter que des industries grandes consommatrices d’énergie se délocalisent dans des pays peu regardant en matière d’environnement ? L’Allemagne propose une donation en quotas d’émission pour les entreprises européennes alors que la France propose une taxe pour les produits importés de région de monde peu enclines à surveiller leurs impacts sur l’environnement. Mais la première solution peut être considérée comme une subvention déguisée, la deuxième comme une barrière protectionniste …

Dernier point : une stratégie énergétique commune ou comment peser dans la demande énergétique mondiale avec la dépendance envers le Moyen-Orient et la Russie.

Mais cela n’est qu’un aperçu de tous les débats houleux qui vont avoir lieu sur l’environnement lors de cette présidence française de l’UE.Espérons qu’elle apporte autant d’avancées que la présidence de l’Allemagne au premier semestre 2007 !