Le Lean Management comme méthode de changement… de méthodes ?

2016-07-05 14.40.25Ce mardi 5 juillet 2016, un échantillon représentatif de nos équipes du bureau de Paris, comprenant les équipes de R&D, de Services, et de Business Development de Verteego, a suivi une formation sur le Lean Management. Il s’agissait pour nous d’une entrée en matière au Lean, visant à nous sensibiliser à un vocabulaire et à des méthodologies à même de faciliter les discussions internes sur nos propres processus et les nécessaires changements de méthodes que nous devons mettre en oeuvre pour accompagner la croissance de notre entreprise. L’atelier fut animé par les très expérimentés Dominique et Michel Assouline, du cabinet Lyn Consulting, dont nous saluons le professionnalisme (atmosphère productive mais sympathique + agenda et timing parfaitement respectés ! fait rare) que nous tenons à remercier vivement. Cabinet qui fit venir un invité de marque, Patrick Aisenberg, cofondateur de la société Linkbynet, elle aussi cliente de Lyn Consulting. Linkbynet est un prestataire de services informatiques comptant 600 collaborateurs sur 3 continents. Nous remercions chaleureusement Patrick d’avoir libéré son agenda pour venir nous partager son expérience de la mise en oeuvre du Lean dans sa société.

C’est justement Patrick Aisenberg qui a ouvert les débats, en évoquant les apports progressifs du Lean Management chez Linkbynet. Grâce à l’instauration du management visuel, Linkbynet a pu dégager du temps pour que ses collaborateurs maximisent leurs temps d’interaction avec les clients, pour mieux les connaître, mieux les comprendre, mieux les servir. Linkbynet a également réussi à transcender le statu quo mortel de ce que Patrick Aisenberg appelle les 5C : « C’est Con mais C’est Comme Ca », en permettant d’insuffler une mélodie rafraîchissante de changement par les idées on ne peut plus pragmatiques de ceux qui opèrent la machine au quotidien, c’est-à-dire les équipes. La bonne nouvelle, a prophétisé Patrick, c’est que comme chez Linkbynet, Verteego dispose d’équipes de profils très ‘geeks’, passionnées par le développement durable et qui servent des clients grands comptes forcément très exigeants. Donc son intuition est grande que le Lean, pris dans le bon tempo, peut apporter à Verteego autant qu’il a apporté à Linkbynet.

C’est donc sur ces mots enthousiasmants que les échanges furent lancés. Si les valeurs de Verteego, d’engagement, de passion, d’innovation, se sont révélées parfaitement partagées par tous les participants, nos points faibles, qui furent autant de sujets de travail pendant la journée, furent rapidement abordés. Le processus d’application du Lean Management, c’est  – pour faire simple – de réaliser l’inventaire de tous les « irritants », dit autrement de tous les « cailloux » présents dans nos chaussures pour commencer par enlever ceux qui sont les plus accessibles, de manière à obtenir des petites victoires à même d’entretenir la dynamique de progrès. Par exemple, si faire en sorte que le système de gestion des relations clients soit nourri systématiquement par tous est relativement accessible et génère beaucoup de bénéfices en matière de capitalisation et de collaboration, il est beaucoup plus compliqué de réduire les switching costs d’un projet à l’autre pour les équipes d’intégration, qui génèreraient d’immense gains de productivité. Pareil pour l’automatisation des tests alors que même si notre plateforme logicielle est unique, tous nos clients, parce-qu’ils représentent des organisations différentes, en font un usage différent.

Lyn Consulting a ensuite brossé le paysage de l’histoire du Lean, des ‘7 pourquoi’ de Toyota au Lean Office, en passant par la roue d’amélioration continue de Deming, le fameux Plan – Do – Check – Act. S’il fallait retenir deux choses, ce serait que :

1/ il y a 3 types de bénéfices au Lean. Des bénéfices en matière de gains de productivité (ou de temps), des bénéfices en matière de satisfaction, ou encore des bénéfices en matière de lisibilité ou simplicité des processus.

2/ le Lean Management repose sur deux piliers fondamentaux des organisations durables, à savoir la qualité de vie au travail, et la satisfaction des clients.

Pour conclure sur ces mots, c’est là que nous avons réalisé que le Lean Management, même s’il s’agit d’un concept ancien dans l’industrie, fait la part belle à la notion de création de valeurs partagées : c’est-à-dire que la création de la valeur n’a pas vocation d’être seulement au bénéfice de l’actionnaire, mais également des salariés, des partenaires de l’entreprise (fournisseurs, prestataires, territoires,…) et également de ses clients bien sûr. Lean Management et Développement Durable semblent donc faire bon ménage. La suite chez Verteego, c’est tout d’abord que les participants décident si ils veulent avancer avec le Lean ou pas, puis si c’est le cas de commencer pas à pas à mettre en pratique ce que nous avons touché du doigt pendant cette journée très instructive. Notre objectif chez Verteego, aujourd’hui, est de changer nos méthodes pour accéder aux palliers suivants de notre développement ; de libérer les énergies de nos forces vives pour mieux accompagner nos clients dans la maîtrise et l’analyse de leurs données, et pour rendre notre plateforme encore plus utile aux usages et aux attentes de nos utilisateurs. Le tout en faisant de Verteego une société de croissance où il fait bon vivre et où nos talents peuvent s’épanouir pour le mieux. Il nous a été utile d’introduire les concepts du Lean, pour que ce chantier interne de transformation dispose d’un lexique partagé par les acteurs de ce changement de méthodes.