le piment qui repoussait les éléphants…

Il était une fois… j’ai envie de commencer ce post comme on entame un conte pour enfant.

C’est l’histoire de la folie des hommes, de ces erreurs qui ont des conséquences imprévisibles et durables, mais aussi de l’espoir, de la solidarité et de l’atteinte d’un équilibre durable!

Dans plusieurs pays d’Afrique, les éléphants et les hommes ne parvenaient plus à cohabiter. Les habitants périssant sous les pates de ces géants terrestres se comptaient par centaines. Etrange comportement qui s’est généralisé à cause de la chasse inconsidérée qui a été perpétrée pendant de nombreuses années. L’environnement social des pachydermes a été bouleversé, les jeunes éléphanteaux n’ont pas pu profiter de la sagesse des anciens et d’un entourage social solide et sont devenus des « éléphants délinquants ».

Triste constat mais c’est comme ça qu’est né Elephant Pepper Development. Il s’avère que les éléphants détestent le piment! Après quelques essais de villages qui en en cultivant ont vu disparaître les trompes vengeresses, l’astuce soutenue par la Banque mondiale, le National Geographic Society et le Wildlife Conservation Society et United States Fish and Wildlife Service s’est généralisée. L’entrée de partenaires industriels privés a permis de pérenniser l’expérience, les piments récoltés sont transformés localement en sauces et coulis et vendus conditionnés. Les piments se vendent mieux que d’autres cultures et cette nouvelle industrie dynamise l’économie locale, les personnes les plus pauvres et les plus motivées sont privilégiées dans cette entreprise. Trop beau pour être vrai? Non, un bel exemple d’entrepreunariat social!

Faites un petit tour sur leur site (en anglais) bien fait, ils vendent aussi des pots par correspondance, mais le bilan carbone de l’opération n’est probablement pas optimale.

Photos du site Elephant Pepper