L’éducation au développement durable : la feuille de route gouvernementale pour les jeunes

Najat Vallaud-BelkacemLe mardi 10 février 2015, Verteego a assisté à une rencontre-débat organisée par le Comité 21 et le Club France Développement durable, avec pour principale intervenante Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Cette rencontre portait sur l’Education au développement durable, et la feuille de route gouvernementale pour les jeunes entre 2015 et 2018.

L’Education Nationale représente aujourd’hui douze millions d’étudiants, et cent quarante mille enseignants. Après avoir rappelé ce que sont les deux principaux leviers du développement durable (l’atténuation des gaz à effet de serre, et l’adaptation des comportements) selon elle, Najat Vallaud-Belkacem a souligné le rôle clé de l’école dans la sensibilisation des enfants au développement durable.

La feuille de route présentée est la conclusion d’actions sur le terrain, d’un travail en coopération avec diverses associations d’éducation au développement durable, et d’un travail avec la Ministre de l’Ecologie Ségolène Royal. Elle est aussi issue du constat que s’il existe aujourd’hui une éducation au développement durable, elle repose beaucoup trop sur la motivation et l’engagement individuel des recteurs, directeurs et enseignants. Et n’est donc pas systématique et institutionnalisée. L’organisation à Paris de la COP21 en 2015 n’est qu’une raison supplémentaire pour s’investir dans ce domaine.

Trois actions principales sont mises en avant dans cette feuille de route, pour les établissements scolaires. Tout d’abord, il s’agit de faire de l’éducation au développement durable une politique transversale à chaque discipline et pas une matière à part entière ; par exemple en faisant des Bilans Carbone en cours de physique, ou en construisant des mini-éoliennes en cours de technologie. Il faudrait selon la Ministre aussi créer des actions pédagogiques, comme l’organisation de simulation de négociations internationales et de débats sur le changement climatique, ou encore la généralisation des éco-délégués. Enfin, à plus long terme, il s’agit de généraliser un meilleur rapport à la nature, via la création de « coins nature » dans les écoles, ou de « sorties natures » plus fréquentes.

Dans l’enseignement supérieur, où les établissements sont autonomes, la Ministre souligne qu’il est plus délicat de piloter ce genre d’actions. Cependant, le verdissement des formations, la valorisation des initiatives étudiantes et des établissements, ou encore le concours Génération Développement Durable, sont des moyens d’action qui font leurs preuves.

La rencontre s’est achevée par la remise des Trophées des campus responsables.

Chez Verteego, nous avons apprécié le discours de la Ministre que nous avons jugé réaliste, clair, et surtout pertinent face aux enjeux actuels. Il n’y a plus qu’à …