Chine : Révolution énergétique et actions contre le changement climatique

confConférence : “Révolution énergétique chinoise et actions contre le changement climatique”  organisée à SciencesPo Paris le jeudi 3 mars 2015.

La conférence a débuté par l’introduction de Francis Vérillaud, Directeur adjoint et Directeur des Affaires Internationales de SciencesPo, qui nous a présenté le programme « Paris Climat 2015 : Make It Work » et ses enjeux. Cette conférence, organisée en partenariat avec la Chaire Développement Durable de SciencesPo, la Chaire Développement Durable de l’Ecole Polytechnique, le Programme Alliance et Columbia Global Center Paris, s’inscrit dans ce cadre.

Richard Balmer, professeur à SciencesPo et à l’Université de Tsinghua et modérateur de cette conférence, nous a ensuite présenté la problématique du jour : comment faire face à la demande croissante en énergie de la Chine, et ses impacts sur l’environnement.

Nous avons eu la chance d’écouter le professeur Jiankun He, Vice-Président du Comité National Chinois sur le Changement Climatique, s’exprimer dans sa langue natale sur les actions menées en Chine dans le cadre de la transition énergétique.

La Chine fait face à une forte demande en énergie liée à sa croissance (7,7% de croissance en 2013). Ce pays a pris la première place en terme d’émission de gaz à effet de serre avec 8715 millions de tonnes eq. CO2 émis en 2012. A elle seule, la Chine est responsable d’un quart des émissions de GES dans le monde et 80% de ses émissions sont liées à l’industrie. Pour quelle raison ? Parce que l’économie chinoise dépend essentiellement du charbon. En effet, 75% de l’énergie produite provient de ce combustible. L’objectif pour 2030 est de passer à moins de 50% d’énergie produite à partir de combustibles fossiles. Pour les responsables chinois, la diminution des émissions de CO2 passe forcément par la diminution de la consommation de charbon et de combustibles fossiles, et le développement des énergies renouvelables.

Malgré des émissions de CO2 en constante augmentation depuis 30 ans, liées à la très importante croissance chinoise, nous avons été agréablement surpris d’apprendre la diminution de l’intensité énergétique (consommation d’énergie par unité de PIB) de 26% par rapport à 2005. Diminuer l’intensité énergétique de 40 à 45% d’ici 2030 vs. 2005 reste donc un objectif tout à fait envisageable.

Le professeur Jiankun He nous a présenté les différents plans d’actions pour faire face au pic d’émission de CO2 prévu pour 2030. Une croissance trop forte provoquerait une demande importante en énergie et donc engendre davantage d’émissions. La croissance doit être stable et maitrisée. La Chine continue à promouvoir les énergies renouvelables. En 2012, elles représentaient 10% du parc énergétique national. L’objectif est d’atteindre 15% en 2020 et 20% en 2030.

La Chine a déjà, depuis plusieurs années, lancé un pilote de promotion d’énergies propres dans plusieurs régions et villes à travers le pays. Nous avons ainsi appris lors de cette conférence que cette démarche sera généralisée à l’ensemble du pays dès 2016 ; une initiative que chez Verteego nous trouvons remarquable.

Le professeur He a conclu en affirmant l’importance d’un travail à l’échelle du pays, mais aussi d’une coopération internationale, pour progresser plus vite et plus efficacement, mutualiser, et apprendre des erreurs des autres. De bon augure s’agissant de l’année de la COP21 à Paris …