Petit tour du côté de Batimat…

Batimat, LE grand rendez-vous mondial du bâtiment se tenait du 6 au 10 novembre 2017 au parc des expositions de Villepinte. Une délégation des équipes Verteego y a rencontré l’écosystème Démoclès sur le stand Recylum, éco-organisme bien connu et coordinateur du projet Démoclès.

Nos objectifs, largement atteints, étaient outre le fait de cimenter nos contacts communs avec Démoclès, d’explorer les tendances numériques du secteur BTP / matériaux de construction, et aussi de suivre les événements organisés par l’éco-organisme Recylum.

Le guide « les prescriptions « déchets » dans les clauses techniques » : une avancée pour les maîtrises d’ouvrage

Une première table ronde organisée par Recylum, rassemblant Sylvain Bordebeure (ADEME), Guillaume Jamet (Bouygues Immobilier), Hervé Grimaud (Recylum) et Isabelle Lardin (Mairie de Paris), était consacrée au lancement du guide et aux témoignages de différentes maîtrises d’ouvrage qui ont œuvré à sa rédaction. Ce guide a pour vocation de faciliter l’intégration des prescriptions déchets dans les CCTP et les contrats cadres de chantiers de réhabilitation lourde et de démolition. Les MOA étant un maillon essentiel de la chaîne de responsabilité des déchets de chantier, elles ont pu, au travers des groupes de travail organisés par Démoclès, mettre en commun leurs besoins et connaissances pour construire ce document. Le guide vient dans le prolongement des programmes réalisés par les MOA présentes, par exemple le projet Sanofi de Bouygues Immobilier, pour lequel ils ont œuvré pour atteindre 80% de valorisation des déchets du second œuvre, sans délai ni coût supplémentaires. La rédaction du DCE (dossier de consultation des entreprises) avait alors pris plusieurs mois, ce qui justifie d’autant la rédaction du guide qui facilitera l’ensemble du processus de consultation et permettra de le généraliser.

Pour la Ville de Paris, le problème était amplifié par le code des marchés publics qu’ils se doivent de respecter. Néanmoins, les motivations pour aller vers le recyclage, l’économie circulaire et la prévention des déchets ne manquent pas : les grands travaux prévus pour la ville et le Grand Paris (Grand Paris Express, JO 2024, etc.) poussent les politiques à s’engager en faveur d’une meilleure gestion des déchets, avec pour objectif ambitieux d’atteindre 0% de déchets enfouis d’ici 2020, et de généraliser entre autres l’utilisation du diagnostic déchets à l’ensemble des chantiers de la ville.

Pour porter ce document fraichement publié auprès d’autres maîtrises d’ouvrage et maîtrises d’œuvre, des MOA sont venues signer la charte d’engagement associée au guide, et parmi elles : la Ville de Paris, Bouygues Immobilier, l’Établissement Public Foncier d’Ile de France, Paris Habitat, la SNCF ou encore Monoprix.

Il manque toutefois une connaissance partagée des filières de valorisation des matières et déchets, pour répondre à ces objectifs et organiser la gestion sur site en fonction. C’était là le sujet de la seconde table ronde de Recylum, qui rassemblait ATD Démolition, Recylum, la Fédération Française du Bâtiment et Saint-Gobain, pour témoigner des différentes filières existantes ou naissantes, et des outils qui aident les entreprises à bien orienter leurs déchets. La difficulté des entreprises de travaux et de démolition est au final de savoir quels matériaux peuvent être valorisés, auprès de qui et comment, car le manque de place sur site, la logistique de collecte des déchets, de stockage et de tri impliquent une montée en compétence des équipes, une sécurité sur le chantier (qui peut être justement accrue grâce au rangement), et des services de gestionnaires adaptés aux besoins du chantier (bennes plus petites, tournées plus fréquentes, bacs et bigbag adaptés aux différents flux, etc.). Les pratiques changent progressivement et les freins sont levés un par un grâce à l’implication de tous les acteurs.

La FFB, qui a récemment rejoint le projet Démoclès, propose depuis déjà quelques années des informations et supports pour la gestion des déchets et annonce de nouvelles fonctionnalités sur son application de cartographie des exutoires nationaux : le recensement des points de collectes des déchets du second œuvre (plâtre, moquettes, PVC, verre plat, DEEE, …), et proposera des filtres pour aider à la recherche des filières de valorisation à proximité des chantiers.

A l’image de Placo Recycling de Saint-Gobain, plusieurs filières voient le jour et se renforcent, permettant la collecte et le traitement des matières polystyrène, des palettes, du verre, des moquettes, etc. et des recherches sont menées, par exemple sur les isolants, pour proposer aux acteurs les filières adaptées à chaque type de matériau.

Le numérique au service de la construction : mais où sont les déchets ?

Certes il ne s’agissait pas du salon Pollutec, toutefois le smart building, le bâtiment durable et le chantier propre trouvaient quelques représentants dans les allées de Batimat. Suffisamment rare pour être recherché, peut-être que le bâtiment du futur se trouvait au rayon numérique… Connus ou moins connus, de nombreux acteurs proposent ERP, logiciels SaaS et autres aux entreprises, grandes ou petites, qui souhaitent dématérialiser leurs processus de gestion, de comptabilité, de facturation, de métrés, d’automatiser leur SAV, d’assurer des accès à distance à leurs équipes, et d’aider au suivi des travaux. Toute la panoplie d’outil de reporting financier était présente, pour accompagner chaque acteur dans la digitalisation de leurs services.

Le BIM (Building Information Modelling) ouvre également de nouvelles perspectives aux plus avant-gardistes, avec des plateformes plus vraies que jamais, qui constitueront le double du bâtiment en conception, en construction et en exploitation. Peut-être un jour en démolition, à condition que les utilisateurs pensent dès aujourd’hui à prendre en compte la déconstruction et le réemploi des matériaux dans les maquettes… Disons le : les déchets ne sont pas encore la priorité des fournisseurs de services numériques, bien que les nouvelles pratiques, plus vertueuses, se diffusent et prennent de plus en plus de sens face aux enjeux de transport, de coût, de gestion et de valorisation/élimination des déchets.

En conclusion, le salon était l’occasion de mettre en avant les derniers travaux de Recylum et l’engagement des acteurs signataires de la charte du guide des clauses techniques par les maîtrises d’ouvrage. Les acteurs se mobilisent et s’organisent, les filières se renforcent et sont prêtes à accueillir les importants gisements de déchets qui peuvent être triés et valorisés, et cette démarche, bien qu’encore discrète, va progressivement toucher l’ensemble de la chaîne d’acteur, de la maîtrise d’ouvrage aux recycleurs, en passant par la maîtrise d’œuvre et l’entreprise. Même s’ils n’étaient pas présents, ne l’oublions pas, de nombreuses startups et PME proposent d’ores et déjà des solutions et services innovants et durables, facilitant la vie des entreprises qui souhaitent passer le cap.

Verteego, partenaire de Démoclès, développe d’ailleurs sa plateforme DiGest_BTP, dédiée à la digitalisation de la gestion des déchets de chantier. Le projet est une opération réalisée avec soutien du Programme Investissements d’Avenir opéré par l’ADEME.