Retour sur la soirée 01 « Green TIC »

Chers lecteurs du Verteeblog,

bonjour, je m’appelle Isabelle Prigent-Chesnel, je suis consultante freelance en communication d’entreprise.   Verteego est … l’un de mes clients, et plus exactement la première société à m’avoir confié sa stratégie de relations Presse !

Ce mardi 18 mai après-midi chez Microsoft France à Issy-les-Moulineaux, j’ai eu l’occasion de représenter Verteego, dans le cadre des Journées 01, à un événement sur le thème « Green TIC : plaidoyer pour des mesures concrètes ».
Même si j’ai travaillé au sein des services communication de sociétés de service en informatique, je ne suis pas une experte du Green IT, mais c’est un sujet qui m’intéresse, et que j’ai appris à connaître en côtoyant Verteego depuis 8 mois maintenant.

Après avoir écouté les nombreux intervenants, je reste très perplexe quant au véritable niveau d’engagement de la plupart des DSI dans le développement durable. Je retiens essentiellement que ce qui les intéresse avant tout est la réduction de leur facture d’électricité – ce qui en soi est plutôt une bonne chose, mais qui donne une vision très largement réductrice des bénéfices du Green IT.

Voici, en vrac, ce que j’ai retenu des interventions des différents participants :
Jean-François Legendre, Responsable du développement pour la normalisation TIC AFNOR, a expliqué que pour avoir une vision d’ensemble du secteur il faudrait normaliser les exigences et critères susceptibles de s’intégrer dans un éco-label dédié au logiciel. Un livre blanc sur ce thème a été publié par l’AFNOR « Usage et conception éco-responsable des SI »
Guillaume Parisot, de Bouygues Immobilier (c’est le groupe qui a réalisé le bâtiment HQE de Microsoft, qui nous accueillait ce soir-là) a présenté la démarche « de pointe » de son groupe en matière environnementale.
Gilles Berthelot, DSI Pompiers de Paris, a évoqué essentiellement sa satisfaction concernant des éco-gestes qui ont permis de réduire de 50 % la consommation d’électricité de son parc informatique.
Ivan Grenetier, Directeur Associé, Nuevo Mundo et Président des Mines Environnement et DD a rappelé que « le carbone va avoir un prix dans les années à venir, qu’il faut que les DSI prennent un temps d’avance »
Jean-Luc Couasnon, Associé chez Accenture Technology Consulting, a expliqué que le groupe a pris le virage du Green IT il y a quelques années essentiellement pour une raison d’image, parce que le Développement Durable au sens large représente une attente forte de la part de la génération Y. C’est un succès, puisqu’aujourd’hui, c’est un Français qui est le patron mondial du DD pour Accenture.
Il a insisté sur la nécessité d’une démarche de père de famille, c’est à dire « de bon sens ». Selon lui, « le commerce équitable » doit être mis en place au niveau des achats informatiques, qui aujourd’hui ne sont pas vraiment tracés.
Philippe Tassin, DSI de transition (ex DSI de Michelin), est revenu sur plusieurs points évoqués auparavant (« aucune étude n’a prouvé que le télé-travail et la dématérialisation étaient green, on ne prend pas en compte les effets rebonds et induits dans les études« ). Peu de DSI s’impliquent selon lui dans le DD (excepté ceux de Nature et Découvertes, Bouygues Immobilier, Banque de France, Danone, Sanofi-Aventis, des Communautés Urbaines – Dunkerque – des villes – Besançon…).
Le DD intéresse les entreprises aujourd’hui essentiellement pour une raison de réduction des coûts, elles se focalisent donc essentiellement sur les aspects environnementaux, laissant de côté les enjeux sociétaux, selon lui parce que le ROI des aspects éthiques ne peut être démontré.
Sur les aspects sociétaux, il a parlé de Green V2, et a expliqué que pour faire du Green V2, il faut investir.

Etant en permanence en contact avec des personnes fortement investies dans le développement durable, j’ai été plutôt déçue de ce panorama, assez peu consensuel cependant, car il y avait à peu près autant de points de vue que d’entreprises représentées…
Cela m’a surtout fait réaliser que les enjeux économiques restent encore aujourd’hui les plus importants aux yeux des DSI. Malgré la bonne volonté de certains d’entre eux, présenter une facture réduite à leur direction financière représente la part essentielle de leur engagement dans le DD.